Catégories
AGEFI

Pourquoi transformer la musique en bruit ?

Il est 21 heures, un mardi soir, dans un magnifique théâtre tout en bois dans le Canton de Vaud. Pour une fois, je suis parmi les spectateurs. J’ai choisi une chanteuse à texte que j’apprécie beaucoup et je me réjouis de découvrir ses nouvelles chansons. Elle est belle, fraîche, pétillante, pleine d’énergie et inspirante. Malheureusement le son est très fort, trop fort … au point que je ne comprends un mot de cette chanson. Je me dis que cela ira mieux à la suivante. Mais ce n’est pas le cas. Les musiciens demandent sans cesse des ajustements au sonorisateur. Je suis triste et frustrée : c’est une magnifique chanteuse avec des textes superbes et on ne comprend pas les mots ! Je me retourne et je vois tous les gens avec des bouchons pour les oreilles ! Il y a quelques enfants avec des Pamirs ! Mais quel dommage ! C’est un supplice et je me réjouis d’être délivrée !

Je pars avant le bis pour fuir ce trop-plein de bruit ! Beaucoup de gens partent également frustrés à ce moment-là. Tous les commentaires que j’entends vont dans la même direction. C’était beaucoup trop fort, inintelligible, quel dommage pour cette magnifique artiste à textes et aussi pour cette belle salle en bois reconnue pour son acoustique unique. Est-ce que l’équipe technique a fait un réglage pour toute la tournée estivale avec des scènes open air sans tenir compte de l’acoustique si particulière de cette salle ? Sont-ils obligés de faire si fort ? Certains diront qu’ils ont respecté les normes de décibel, mais elles n’édictent pas qu’il faut être au maximum ! Je suis d’autant plus déçue que je détiens avec mon entreprise une belle réponse ! Pour moi qui transforme quotidiennement le son en musique, cela me fait d’autant plus mal !

D’ailleurs, pourquoi est-ce qu’on nous distribue avant chaque concert des boules Quies ? Est-ce qu’on ne pourrait pas faire un peu moins fort ? Ayant travaillé avec beaucoup de musiciens et de sonorisateurs, force est de constater qu’ils perdent l’audition … C’est comme un muscle qui s’adapte, qui s’entraîne ou qui se relâche. Pourquoi ne pas adapter le son à chaque salle ? 

Nous avons le bonheur d’avoir collaboré à plusieurs reprises avec un acousticien qui est une sommité dans son domaine. Il combine agilement toutes ses connaissances académiques avec sa large expérience … à plus de 80 ans ! Il me dit malicieusement qu’avant chaque projet qu’il entreprend, il n’a pas encore la solution mais « il sait qu’il saura ! » comment faire pour que l’acoustique de la salle soit parfaite. Il a fait les salles de concert les plus connues ainsi que des salles de conférences. Il dit qu’un auditoire professionnel ne raconte pas de mensonge … Et les conférenciers le confirment : ils ne peuvent pas y dire n’importe quoi ! C’est tellement dans la subtilité. L’acoustique est une science qui combine les éléments mesurables et le ressenti. Mais en y portant même qu’une légère attention, cela peut faire une nette différence. Expliquer on ne le peut, accepter il le faut !

  • L’accueil des clients fait partie intégrante du produit

    La phrase « Alors, c’est dur avec ce Corona, hein ?! » est devenue la phrase d’entrée en matière à chaque rencontre clients ou entrepreneuriale depuis cette pandémie mondiale. Elle remplace le bon vieux joyeux : « Alors prêts à faire du business ensemble ?! » En raison de toutes ces restrictions, nous en oublions […]

  • Comment rendre vos visioconférences plus attirantes ?

    Un jeudi soir, je « subis » la nième visioconférence de la semaine. Même si le sujet est très intéressant, j’ai de la peine à me concentrer, je m’impatiente en lisant au travers des slides présentées sans vraiment écouter l’orateur et je décroche très vite. Alors comment faire pour capter l’attention de votre public en […]

  • Le plus grand luxe de nos jours …

    Il y a un mois, j’ai eu le plaisir de visiter le nouveau musée Audemars Piguet. Il y était exposé une vieille mallette qui était celle d’un des fondateurs dans laquelle il emmenait ses montres à Genève pour les présenter et les vendre aux marchés internationaux après de longs hivers enneigés. À l’époque, ils adoraient […]