Catégories
AGEFI

Filmer la musique

Un mardi matin à 10 heures, j’accueille pour une « Dégustation de son » un groupe de clients chinois venus visiter une manufacture horlogère à la Vallée de Joux. Au moment où j’enclenche la musique sur le Soundboard, le haut-parleur en bois d’harmonie, la magie opère, les gens sont figés, les yeux sont ébahis voire humides, certains ont la chair de poule. « Il faut le voir pour y croire » ou plutôt « l’écouter pour le comprendre » pourrait s’adapter à cette situation. Les participants sortent alors leur téléphone portable et se mettent à filmer. Là, c’est moi qui suis étonnée … Comment par la suite transmettre cette sensation liée à la vibration de l’air générée par cette membrane en bois d’harmonie d’environ un mètre carré depuis un haut-parleur d’ordinateur ou pire celui d’un smartphone ? Comment transmettre cette émotion ? Je suis peut-être un peu « old school ou trop « analogue » et qu’il leur suffira de décrire en quelques mots l’émotion vécue sous les images pour arriver à faire passer le message …

C’est un des challenges quand on travaille dans l’audio. On n’arrive pas à transmettre l’émotion de la musique vivante au travers d’enregistrements ou de films. Faut le vivre en vrai. C’est pour cela que je le fais avec les « Dégustations de son ». C’est notre core business : faire vivre l’émotion de la musique en live aux gens.

Une autre chose que j’observe et me surprend : ces spectateurs qui filment la musique gardent tous leur téléphone portable en position verticale. Cela m’étonne d’autant plus que nos écrans d’ordinateurs et de TV sont tous horizontaux. Par simplicité ou paresse, les gens ne se donnent pas la peine de tourner de 90 ° leur écran alors que c’est prévu pour. Le smartphone a une forme parce qu’il est fait pour téléphoner et qu’il respecte la distance de l’oreille à la bouche. Les gens oublient qu’on peut ou qu’on doit tourner l’écran pour les autres fonctions. C’est même le but ! Ils feraient une drôle de tête s’ils devaient regarder leur match de football sur un grand écran vertical ! On perd le sens des choses, le pourquoi du comment. C’est une habitude tellement ancrée qu’on a de la peine à faire changer les gens. Au point que certains l’ont bien compris. J’ai vu récemment des lancements de films sur la chaîne Netflix au format vertical ! Comme quoi, c’est le mauvais emploi et la fainéantise des utilisateurs qui font plier les fabricants ! On n’arrive pas à éduquer les utilisateurs. C’est le fabricant ou le produit qui s’adapte au mauvais emploi.

Il existe beaucoup d’exemples de produits mal utilisés et qui ont dû s’adapter à l’utilisation malheureuse ou nouvelle qu’en font les masses. Le dentifrice, par exemple, ne devrait pas se rincer. On en utilise d’une part beaucoup trop. D’autre part, on ne devrait pas se rincer ensuite la bouche avec de l’eau pour que son effet continue dans la durée. Alors, on a mis au point les produits de rinçage pour venir compléter l’action du dentifrice qu’on avait retiré avec l’eau.

Dans tous les cas, pour revenir sur les écrans, je ne suis pas sure qu’on voie apparaître bientôt des écrans verticaux … quoique ! L’avenir nous le dira.

  • L’accueil des clients fait partie intégrante du produit

    La phrase « Alors, c’est dur avec ce Corona, hein ?! » est devenue la phrase d’entrée en matière à chaque rencontre clients ou entrepreneuriale depuis cette pandémie mondiale. Elle remplace le bon vieux joyeux : « Alors prêts à faire du business ensemble ?! » En raison de toutes ces restrictions, nous en oublions […]

  • Comment rendre vos visioconférences plus attirantes ?

    Un jeudi soir, je « subis » la nième visioconférence de la semaine. Même si le sujet est très intéressant, j’ai de la peine à me concentrer, je m’impatiente en lisant au travers des slides présentées sans vraiment écouter l’orateur et je décroche très vite. Alors comment faire pour capter l’attention de votre public en […]

  • Le plus grand luxe de nos jours …

    Il y a un mois, j’ai eu le plaisir de visiter le nouveau musée Audemars Piguet. Il y était exposé une vieille mallette qui était celle d’un des fondateurs dans laquelle il emmenait ses montres à Genève pour les présenter et les vendre aux marchés internationaux après de longs hivers enneigés. À l’époque, ils adoraient […]