Catégories
ÉCHO Magazine

L’apprentissage par les émotions

Un mardi matin dans un centre de formation de Suisse romande, j’interviens auprès d’une dizaine de participants pour un séminaire de prise de parole en public et storytelling. Les participants arrivent gentiment. Ils n’ont pas choisi d’être là ce que je vois à leur posture très fermée. D’un côté, cette formation les sort de leur quotidien stressant, mais les stresse encore plus vu la charge de travail immense ainsi que la pression qu’ils ont. De ce fait, ils ont l’air très tendus.

Dès les premiers instants de la formation, avec humour et joie, je les emmène au cœur du propos : pour mieux s’exprimer, il faut s’ancrer, partir de son centre et surtout répondre aux besoins des autres. Je vais droit au but avec les conseils. Je suis câblée écoute active et surtout j’observe ce qui fait que le public écoute et ce qui fait décrocher les auditeurs. Et par-dessus tout, ces participants, je les fais rire ! Je cherche à retrouver qui ils sont au fond pour exprimer qui ils sont authentiquement. À la première pause, les rires fusent et ils sont déjà bien détendu. À 18 heures, ils ressortent avec un grand step-up et n’ont pas vu le temps filer … À leur plus grand étonnement, ils se sont bien amusés et ont beaucoup appris alors que souvent on oppose les deux. Pourtant l’un de va pas sans l’autre.

L’apprentissage au travers des émotions est essentiel ! Jeune déjà, je le faisais instinctivement en donnant des cours d’appui de mathématiques et d’allemand.

J’avais été traumatisée par une expérience où la maman d’une élève que je soutenais en allemand m’avez simplement virée parce qu’elle avait l’impression que nous rigolions tout du long ! Pourquoi pense-t-on qu’il faut un visage stérile pour être professionnel ? Ou que rire ne le serait pas ?

C’est à l’école déjà qu’on met une attitude austère à l’apprentissage. Ce qui désengage les élèves depuis l’école. Ensuite, dans la plupart des formations en entreprise, on assied les participants derrière des tables, on les gave de slides qu’on leur lit alors qu’ils arriveraient à lire tout seuls ! C’est cela qui les endort … Et les désengage ! Alors qu’avec les émotions et la joie en particulier, on arrive à atteindre tant de résultats … dans l’apprentissage comme dans l’engagement des participants !