Catégories
AGEFI

Comment intégrer les personnes à haut potentiel en entreprise ?

Un vendredi à Genève, il est 12h30 et je déjeune avec une amie de longue date. Elle est responsable de la communication d’une grande entreprise. Elle me raconte qu’elle se demande si elle n’est pas en train de faire un burn-out. C’est un phénomène très courant en ce moment. Elle me relate que sa vie professionnelle est vide de sens. Tous les détails qu’elle me rapporte sont si nombreux et précis que j’ai une autre intuition. Je la sais extrêmement douée, je sais qu’elle travaille énormément et elle était première de classe. Je suppose qu’elle est une personne à haut potentiel et qu’il est difficile pour elle de s’intégrer dans l’entreprise … ou vice-versa !

En effet, rares sont les sociétés qui se préoccupent de ces cas de surdoués. Or, une personne avec de la douance est une chance exceptionnelle pour l’entreprise. Elles voient les choses différemment, sous un autre angle, de manière plus large, elles comprennent les choses dans leur ensemble et peuvent répondre avec des solutions très innovantes. Elles peuvent aussi buter sur des choses très simples car elles n’en voient pas le sens. De plus, ces personnes sont ultra-sensorielles. Elles entendent plus de choses que les autres et nous les retrouvons notamment dans certains métiers du son. Les grands « nez » chez les parfumeurs possèdent souvent ces caractéristiques. D’autres fois, ces individus deviennent de grands cuisiniers ou des architectes. Une personne à haut potentiel ne se définit plus comme à l’l’époque avec uniquement un QI élevé, mais c’est une combinaison d’un certain nombre de caractéristiques. La super sensorialité des cinq sens en fait partie. Le besoin accru de trouver du sens à ce que l’on fait aussi. Ces personnes pensent autrement. Elles voient souvent plus loin et peuvent apparaître bizarres aux yeux des autres.

Dès lors, les valoriser et les garder au sein d’une entreprise est un vrai challenge. Chez l’homme, cette faculté est visible dès l’enfance déjà, car il va avoir tendance à beaucoup – trop – bouger. Les jeunes filles vont développer une faculté d’adaptation énorme, ce qui fait que non reconnue et conscientisée, cette surdouance va souvent se transformer en profond mal-être et dépression. Les femmes spécialement vont souvent créer leur propre entreprise pour répondre à cette différence ou souffrance de ne pas cadrer ou rentrer dans le moule.

Alors comment les garder ? Plutôt que de montrer du doigt leurs différences, il est essentiel de les solliciter sur leurs facultés et aptitudes exceptionnelles en cultivant du respect au sein de tous les collaborateurs et du fair-play. En effet, leur cerveau fonctionne différemment et ces personnes peuvent sembler « s’encoubler » sur leur intelligence comme on le dit si élégamment en suisse allemand. Ces personnes peuvent paraître incongrues alors qu’elles voient autre chose que les autres ne peuvent – pas encore – apercevoir. L’expression artistique est un outil essentiel et vital pour ces personnes-là, d’ailleurs pour tous les humains. Focaliser sur ces aspects-là est essentiel. Les intégrer avec leur hypersensibilité est un grand cadeau et une immense source d’opportunité.

  • L’accueil des clients fait partie intégrante du produit

    La phrase « Alors, c’est dur avec ce Corona, hein ?! » est devenue la phrase d’entrée en matière à chaque rencontre clients ou entrepreneuriale depuis cette pandémie mondiale. Elle remplace le bon vieux joyeux : « Alors prêts à faire du business ensemble ?! » En raison de toutes ces restrictions, nous en oublions […]

  • Comment rendre vos visioconférences plus attirantes ?

    Un jeudi soir, je « subis » la nième visioconférence de la semaine. Même si le sujet est très intéressant, j’ai de la peine à me concentrer, je m’impatiente en lisant au travers des slides présentées sans vraiment écouter l’orateur et je décroche très vite. Alors comment faire pour capter l’attention de votre public en […]

  • Le plus grand luxe de nos jours …

    Il y a un mois, j’ai eu le plaisir de visiter le nouveau musée Audemars Piguet. Il y était exposé une vieille mallette qui était celle d’un des fondateurs dans laquelle il emmenait ses montres à Genève pour les présenter et les vendre aux marchés internationaux après de longs hivers enneigés. À l’époque, ils adoraient […]